Voici mon merveilleux châle intitulé "Sur le chemin de l'école" par Mamie-Thé, qui l'a dessiné. Vous le trouverez sur son blog "Bergamote et citron". 

P1120944

J'ai beaucoup hésité à le bloquer, j'aimais beaucoup sa douceur et son moëlleux, mais j'ai tout de même tenté. Nous voici en train de bricoler ça avec Héloïse... Je ne sais pas si la technique est la bonne, c'était une première. 

P1120902

P1120906

Le voici porté "sur la bête", de plusieurs manières pour bien vous montrer la beauté du modèle (le châle, pas la bête, pfff !)

P1120920

P1120923

D'autres vues pour admirer les points... Et je commence donc à vous raconter mes souvenirs d'école, puisque c'est devenu une petite coutume amusante pour chacune de celles qui ont réalisé ce modèle. Alors je vais faire tâche, parce que j'ai détesté l'école, tout le temps que j'y suis allée.

P1120924

On peut dire que c'est assez étonnant, parce que j'ai toujours été ce qu'on appelait une "bonne élève". Franchement, je me suis ennuyée à mourir jusqu'en... première, au lycée ! Je ne sais si c'est l'époque qui veut ça, j'ai eu la malchance de tomber sur des maîtresses qui faisaient honte à l'Education Nationale. L'une d'elle accrochait les cahiers dans le dos des enfants qui avaient eu de mauvaises notes (au CE1...) et les obligeait à rester plantés toute la récré au milieu de la cour, où ils se faisaient moquer par tous les autres. D'autres encore, (j'étais au collège) n'hésitaient pas à humilier leurs élèves, voire carrément à les gifler, en cas de mauvais résultats...

P1120928

J'ai toujours eu un sens de la justice très fort, j'étais révoltée par ces attitudes. Je me rappelle m'être dit, sûrement en CE1, car j'étais petite : "Eh bien si c'est ça être maîtresse, je ne le serai jamais !". Mais la destinée familiale (ils sont tous instits chez moi, depuis plusieurs générations) et la comédie du destin m'ont rattrapée. J'ai donc été professeure des écoles pendant de longues années... et j'ai adoré enseigner.

P1120942

Pas d'humiliation ni d'injustice dans mes classes, vous vous en doutez ! J'ai pu me recréer des souvenirs merveilleux : le petit Pierre qui n'arrivait pas à apprendre à lire, qui y est parvenu en trois mois dans ma classe, en CE2... Les promenades avec les chasseurs du coin (il faut parfois passer sur ses convictions) pour apprendre avec les enfants à reconnaître les empreintes d'animaux... Et tous ces moments de grâce, où d'un coup on se dit : ça y est, toute ma classe sait lire !

Ironie du sort, ce jour où j'écris cet article (comédie du destin, je vous dis), j'apprends ma mise à la retraite pour invalidité. J'ai donc réellement fini mon "Chemin de l'école"...