Je voudrais vous parler aujourd'hui d'un livre que je suis en train de lire, "La dernière fugitive" de Tracy Chevalier. Ce livre m'a été recommandé par une amie qui m'a dit qu'elle pensait à moi en le lisant. J'ai donc été intriguée… et je me suis amusée à faire quelques petites recherches.

Voici un petit résumé de l'histoire : en 1850, Honor part d'Angleterre, elle suit sa sœur Grace qui va se marier en Amérique. A peine arrivées, Grace meurt, et Honor doit se débrouiller seule. Elle rencontre une modéliste, qui lui offre le gite quelques jours en échange de son aide. Il faut dire qu'Honor est une quilteuse hors pair, et qu'elle va s'appuyer sur son talent de couturière pour survivre et exister dans ce pays à peine développé. Elle apprend donc à réaliser des chapeaux...

Bonnet en soie de 1850.

Puis elle rejoint celui qui aurait dû devenir son beau-frère, et l'aide dans son magasin de tissus. Mais la situation est choquante pour la petite communauté quaker où ils vivent, et la voici contrainte de se marier. Elle découvre alors que, dans cette contrée de l'Ohio, une femme s'échange en… quilts !

Ce quilt aurait pu être réalisé par Honor. Il a été assemblé en 1848 par Ann E. Holmes, une quaker de Virginie. Je vous recommande le site qui raconte son histoire : http://www.quakerquilthistory.com/ 

Au cours de ce livre, Honor découvre des aspects plus sombres de la vie américaine. Les étranges pratiques autour de l'esclavage, aboli dans certains états, mais dont les fuyards traversent l'Ohio pour se rendre au Canada, et les lois iniques qui contraignent les habitants de ces états non esclavagistes à apporter leur aide aux "chasseurs d'esclaves", sous peine d'amendes et d'emprisonnement. Honor se révèle une courageuse résistante à sa manière, curieuse de ces hommes et femmes noirs qu'elle n'a jamais vus, et prête à tout pour les aider.

Tout au long de ce livre passionnant, l'auteur nous décrit les ouvrages d'Honor, dans toutes leurs finesses. Nous découvrons les différences entre le patchwork anglais et américain, les difficultés du matelassage, et les idées d'Honor quand elle compare le "véritable patchwork" à l'appliqué américain.

Honor déplore le manque d'habileté et d'inventivité des américaines qui réalisent des patchwork en appliqués, uniquement dans des tons rouges et verts sur fond blanc : celui-ci pourrait en être un, mais il est bien plus récent !

Ce livre peut donc se lire à plusieurs niveaux : pour la richesse de ses détails sur la vie quotidienne ; pour son plaidoyer contre l'esclavage ; ou pour le plaisir d'imaginer les quilts merveilleux que l'on nous décrit.

Je vous le recommande vivement !